Agence de tourisme locale francophone pour un voyage au Chili
Appel gratuit au Chili avec whatsapp +56.944.407.441
Info Coronavirus COVID19 - Conditions pour voyager au Chili
Premiers habitants Chili Pierres taillées Monte Verde Peuple Aymara Peuple Diaguitas Ferdinand Magellan Pedro de Valdivia Metissage au Chili Armée des Andes Bernardo O'Higgins Guerre du Pacifique Pollas Puelche Tehuelche Selk'nam Selk'nam Yamanas Ile de Pâques

HISTOIRE DU CHILI



Le passé du Chili, qui abrite un des plus ancien site préhistorique du continent américain, commence tout juste à être étudié. Le pays a parcouru un long chemin depuis ses débuts en tant que colonie de l'Empire espagnol. La société chilienne moderne porte toujours le poids d'une petite élite de propriétaires fonciers, d'une grande industrie minière et de politiciens qui à la fois contrecarrent et luttent pour la réforme. Son histoire mouvementée à fait du Chili l'un des pays les plus stables et les plus influents d'Amérique latine.



Premiers habitants Chili

Origines


Pierres taillées Monte Verde
L'empreinte d'un pied d'enfant dans un sol marécageux près de Puerto Montt a remis en cause les fondements de l'archéologie américaine dans les années 1980. Cette empreinte, vieille d'environ 15000 ans, a confirmé la présence humaine à Monte Verde, près de Puerto Montt. Lors du congrès historique de 1998, le site de Monte Verde a été reconnu comme la plus ancienne colonie des Amériques, bien que des découvertes archéologiques plus récentes, situées principalement au Nouveau-Mexique, remontent à 40000 ans

Cultures anciennes


Peuple Peuple Aymara
La plupart des vestiges précolombiens du pays ont été retrouvés dans le nord du Chili, grâce à l'aridité du désert.
La culture nomade de Chinchorro a laissé derrière elle, les plus anciennes momies connues.
Dans les canyons du désert du nord, les Aymara cultivaient du maïs et des pommes de terre et élevaient des lamas et des alpagas.
Toujours dans la partie nord, la culture Atacameño a laissé des vestiges bien conservés, tels que des momies et des tablettes ornées, utilisées pour préparer des substances hallucinogènes. Les pêcheurs camacho occupaient les zones côtières du nord et les diaguitas habitaient les vallées et les rivières de l'intérieur.

La culture inca, a connu une brève suprématie dans le nord du Chili, mais cette conquète fût stoppée dans la vallée centrale, où les picunches et les agriculteurs araucaniens ont résisté aux attaques.
Pendant ce temps, les cuncos pêchaient et cultivaient sur l'île de Chiloé et sur les rives des golfes de Reloncaví et d'Ancud.

Conquête espagnole


Ferdinand Magellan
L'explorateur portugais Ferdinand Magellan fut le premier Européen à visiter le Chili actuel, débarquant sur l'île de Chiloé lors de son voyage en 1520, après avoir traversé le détroit qui portera plus tard son nom. La région s'appelait alors Tchili, du nom du peuple indigène qui l'habitait et qui signifie « neige » en indien.
A cette époque, toute la zone au sud de la rivière Rapel était habitée par les Mapuches (qui appartenaient au groupe Araucan), un peuple indien doté de rares aptitudes au combat.
Les tribus du nord du Chili ont été soumises aux Incas du Pérou depuis le XVe siècle.

En 1495, et sans tenir compte des populations indigènes, deux superpuissances de l'époque se partagent le continent américain: l'Espagne et le Portugal.
Au milieu du XVIe les Espagnols dominaient depuis l'actuelle Floride et le Mexique jusqu'au nord du Chili. Bien que peu nombreux, les conquérants sont des hommes courageux, animés d'un esprit de croisade et animés d'une forte ambition. Malgré sa supériorité militaire, notamment dans les armes à feu et les chevaux, son principal allié était les maladies infectieuses, contre lesquelles les indigènes n'étaient pas à l'abri.

C'est à partir de 1535, fin de la conquête espagnole du Pérou par Francisco Pizarro, que l'un de ses capitaines, Diego de Almagro, entreprit la conquête des terres situées au sud de Cuzco. Après trois ans de vaines recherches sur le territoire chilien, l'expédition qui n'avait pas trouvé d'or et s'était heurtée aux redoutables Mapuche retourna au Pérou.

Pedro de Valdivia, envoyé par Carlos Quinto, mena une deuxième expédition à travers le sud du Chili en 1540. Malgré une résistance féroce des Mapuches, Valdivia réussit à établir plusieurs colonies, dont Santiago de la Nueva Estremadura en 1541, Concepción en 1550 et Valdivia en 1552. Mais en 1554, les Mapuche organisèrent un soulèvement général, massacrant Valdivia et nombre de ses compagnons. Ils ont dévastérent toutes les villes, sauf Concepción et La Serena. Les Mapuches étaient la seule grande tribu indienne qui a résisté aux raids espagnols. Les combats se sont poursuivis par intermittence pendant et après la période de colonisation entreprise par l'Espagne et n'ont jamais vraiment cessé.
Mais les Espagnols n'ont pas baissé les bras et la population a augmenté. Lorsque Valdivia mourut en 1553 aux mains des Araucaniens, dirigés par les caciques Caupolican et Lautaro, il avait déjà fondé de nombreuses villes et jeté les bases d'une nouvelle société.
En 1557, l'Espagne, par l'intermédiaire d'un gouverneur, prend possession du territoire chilien. Au sein de cet empire colonial, le Chili fut d'abord une dépendance de la vice-royauté du Pérou, avant d'avoir son propre gouvernement, dirigé par un gouverneur et une cour royale.
Le développement du pays fut lent, notamment en raison de l'absence de mines d'or ou d'argent susceptibles d'attirer les Espagnols. En revanche, le Chili est éloigné des grands centres de colonisation péruviens et difficile d'accès. L'agriculture de la vallée centrale était l'activité principale, permettant d'approvisionner le Pérou en produits alimentaires, notamment en blé.

Le Chili colonial


Peuple Changos
L'avidité pour l'or et l'argent était présente à l'ordre du jour des Espagnols, mais ils ont vite compris que la vraie richesse du Nouveau Monde était son contingent humain. Le système d'encomienda, qui permettait aux Espagnols de bénéficier de la main-d'œuvre indigène, s'est facilement implanté dans le nord du Chili, où la population indigène était très organisée et même habituée à des formes d'exploitation similaires. Les Espagnols ont également dominé le centre du Chili, mais les peuples semi-sédentaires et nomades du sud ont opposé une résistance obstinée. Les chevaux de montagne de la pampa argentine ont aidé les Mapuche à augmenter leur mobilité et leur capacité d'attaque. Malgré l'opposition de la Couronne, Valdivia a récompensé ses partisans avec d'immenses étendues de terre. Ces domaines, dont beaucoup sont restés intacts jusqu'à la fin des années 1960, étaient une constante dans l'agriculture et la société chiliennes. Les métis, enfants d'Espagnols et d'indigènes, ont rapidement dépassé en nombre la population indigène, décimée par les épidémies, le travail forcé et la guerre. Cette nouvelle aristocratie chilienne finit par s'installer dans les grandes haciendas.

Envies d'indépendance


Peuple Chonos
Les premières idées nationalistes proclamant l'indépendance du Chili remontent au XVIIIe siècle. Deux mouvements principaux se développent : les royalistes d'un côté et les patriotes de l'autre. Leurs combats aboutissent à une première victoire en 1810, date à laquelle, avec les autres colonies espagnoles, le pays rompt tout lien politique avec l'Espagne. Le conseil municipal de Santiago dépose le gouverneur colonial du Chili et délègue ses pouvoirs à une Assemblée de 7 personnes. Bien qu'officiellement indépendant de l'Espagne à partir de ce moment, le Chili reste en guérilla contre les troupes espagnoles envoyées du Pérou, qui entreprennent une reconquête de 1814 à 1817.

Dès le 4 juillet 1811, le premier Congrès national élit une junte révolutionnaire avec Bernardo O'Higgins à sa tête. Vaincues les premières (à Rancagua, en octobre 1814), les troupes chiliennes bénéficient du soutien de l'Argentin José de San Martín , qui lance son armée depuis les Andes à l'assaut du Chili. Le 12 février 1817, la défaite de l'armée royaliste à la bataille de Chacabuco met fin au contrôle des Espagnols dans le nord du Chili.

San Martín a rejeté le pouvoir et a fait nommer O'Higgins comme directeur suprême; un an plus tard, le 12 février 1818, le Chili proclame son indépendance. Cependant, les forces royalistes conservent le contrôle d'une grande partie du sud jusqu'à la bataille de Maipú en 1818. Ce n'est qu'en 1826 qu'elles sont définitivement expulsées du pays.

L'aube de la République et frontières


Peuple Mapuche
O'Higgins a dirigé le pays en tant que dictateur jusqu'en 1823, date à laquelle il a été contraint de démissionner face à l'hostilité populaire. La république, établie en vertu d'une constitution libérale, est proclamée à l'instigation de Ramón Freire. Mais les rivalités entre les nombreux partis politiques sèment l'anarchie jusqu'en 1830. Le général Joaquín Prieto, à la tête des conservateurs, fomente une révolte qui lui permet de prendre le pouvoir. En 1831, Prieto est devenu président, mais la figure de proue du gouvernement était Diego Portales, qui a occupé divers ministères. Une nouvelle constitution, donnant d'immenses pouvoirs à l'exécutif, est adoptée en 1833. Plusieurs fois les libéraux échouent dans leurs tentatives de renverser les conservateurs (1835, 1851 et 1859).

Sous le gouvernement conservateur, la politique étrangère du Chili a été marquée par une série de conflits antérieurs non résolus avec les pays voisins, d'abord avec le Pérou et la Bolivie en 1839 (bataille de Yungay), puis avec l'Argentine en 1843. Ce dernier conflit a pris fin en 1881 après plusieurs fois près de dégénérer en guerre ouverte. Puis un traité a été signé et la moitié de la Terre de Feu a été accordée au Chili.

Ensuite, le Chili a entrepris l'exploitation de riches gisements de nitrate dans le désert d'Atacama. Rejetant les revendications de la Bolivie sur ce territoire, en février 1879, l'armée chilienne envahit le port bolivien d'Antofagasta. Deux mois plus tard, le Pérou, allié de la Bolivie, déclare la guerre au Chili, l'emmenant avec lui dans la guerre du Pacifique. Victorieux de ce conflit en 1883, le Chili agrandit considérablement son territoire en annexant la province bolivienne d'Antofagasta et la province péruvienne de Tarapacá. Le Pérou lui cède également Tacna et Arica sous la condition d'organiser un référendum dix ans plus tard. S'ils ne parviennent pas à s'entendre sur les conditions du plébiscite, les deux pays signent néanmoins les clauses qui régiront le territoire en 1928 : Tacna devient une possession du Pérou et Arica revient au Chili.

Guerre civile


Peuple Mapuche
En 1891, une alliance étroite entre les forces politiques et le clergé catholique se révolte contre le gouvernement du président José Manuel Balmaceda, chef du Parti libéral. Sous le commandement du capitaine Jorge Montt, un officier de marine, les rebelles s'emparèrent de la flotte chilienne et des riches provinces du nord. En août, ils ont vaincu une armée gouvernementale près de Valparaíso. La ville est tombée aux mains des rebelles, tout comme Santiago. Cette chute marque pratiquement la fin de cette guerre civile qui a fait plus de dix mille victimes et une usure matérielle considérable. Balmaceda s'est suicidé en septembre. L'une des conséquences de ce conflit a été l'orientation du régime vers un système parlementaire, accordant plus de pouvoirs au Congrès.

Littérature


Peu de temps après, Montt est devenu président. Le Chili entre alors dans une longue période de paix et de reconstruction. En août 1906, un terrible tremblement de terre détruit pratiquement la ville de Valparaíso et dévaste les quartiers de Santiago, tuant plus de 3 000 personnes et laissant près de 100 000 sans-abri.

Les libéraux remportent les élections de 1920, plaçant Arturo Alessandri Palma, ancien ministre de l'Intérieur, à la tête du pays. Il essaya de faire adopter ses projets de réforme ; mais en 1924, les chefs militaires ont renversé Alessandri et rétabli la dictature. Cependant, le nouveau pouvoir est lui-même renversé au début de 1925.

Alessandri a retrouvé la présidence, mais son mandat a duré moins d'un an. Après plus d'un coup d'État et de changements de gouvernement, Alessandri est réélu président en 1932, grâce au soutien des partis centristes et de droite. Il conserve cette fonction jusqu'à la fin légale de son mandat en 1938.

En 1936, un nouveau parti politique est formé : le Front populaire, regroupant à la fois des radicaux, des socialistes et des communistes. Il remporte les élections de 1938 et un nouveau gouvernement est formé, dirigé par le radical Pedro Aguirre Cerda. Son programme ambitieux, inspiré du New Deal américain, et mettant l'accent sur l'éducation et l'industrialisation, fut brisé par un tremblement de terre dévastateur qui tua 30 000 personnes en 1939.

L'élection présidentielle de 1946 est remportée par Gabriel González Videla, chef du Parti radical, soutenu par une coalition composée de radicaux et de communistes. González Videla a nommé, pour la première fois dans l'histoire du pays, trois communistes dans son cabinet, mais la coalition n'a même pas duré six mois. Souvent en désaccord avec les autres membres du gouvernement, les communistes quittent le pouvoir en avril 1947. Quelques mois plus tard, le Chili rompt les relations diplomatiques avec l'Union soviétique.

La situation se durcit et, en 1948, des centaines de communistes sont arrêtés en vertu de la loi sur la défense de la démocratie, qui interdit le parti communiste. Une révolte militaire menée par l'ancien président Ibáñez a été réprimée et la période qui a suivi a été marquée par d'importants bouleversements sociaux. En 1951, presque tous les secteurs de l'économie sont touchés par des grèves. L'année suivante, le peuple manifeste son hostilité aux partis traditionnels en élisant le général Carlos Ibáñez, soutenu par le Parti agraire-ouvrier.

En 1958, Jorge Alessandri Rodríguez, ancien sénateur et fils d'Arturo Alessandri Palma, est élu président. A la tête d'une coalition rassemblant libéraux et conservateurs, il proclame un programme en faveur de la libre entreprise et des investissements étrangers.

L'élection présidentielle de 1964 a été remportée par le candidat chrétien-démocrate et ancien sénateur Eduardo Frei Montalva. Il entreprit de grandes réformes : la nationalisation partielle des mines de cuivre par la loi du 25 juillet 1966 associant l'État à Kennecott Cooper et Anaconda Cooper ; puis, en 1967, une réforme agraire qui prévoyait l'expropriation des exploitations de plus de 80 ha, mal exploitées ou abandonnées. Mais ceux-ci ont provoqué le mécontentement à la fois à gauche et parmi les conservateurs et lui ont valu une violente opposition politique. Pour la droite conservatrice, cette politique réformatrice était dépossédée, tandis que la gauche jugeait l'action de Frei trop timide.

A l'approche de l'élection présidentielle de 1970, l'opposition de gauche s'unit pour former l'Unité populaire et nomma Salvador Allende Gossens comme son candidat. Il a mené une campagne fondée sur un programme qui promettait la nationalisation de toutes les industries de base, des banques et des communications. Il a obtenu non seulement environ 37% des voix, mais aussi le soutien inconditionnel du Congrès contre son adversaire de droite, l'ancien président Alessandri. Allende était alors le premier président élu sous un programme socialiste dans un pays non communiste.

Une fois au pouvoir, le président Allende a rapidement concrétisé les promesses faites lors de sa campagne, transformant le pays en un État socialiste. Une partie importante de l'économie passe sous contrôle étatique : les mines (loi de juillet 1971 sur le cuivre), les banques étrangères et les sociétés monopolistiques sont nationalisées. La réforme agraire s'accélère et des conseils paysans sont institués. En outre, Allende entreprit la redistribution du revenu national, augmenta les salaires et institua un contrôle des prix. Cependant, l'opposition ne reste pas inactive et, depuis 1972, répand des rumeurs pour effrayer la population. Les conditions se sont détériorées en 1973 : inflation galopante, les pénuries alimentaires dues à la fois à la restriction des crédits extérieurs et à la politique de vente au détail et de petits industriels qui faisaient des stocks de marchandises, les grèves et les violences politiques amenèrent le Chili au bord du chaos. Outre cette opposition interne, les États-Unis, méfiants à l'égard de la nouvelle puissance chilienne, ont pratiqué un blocus financier du pays.

Le 11 septembre 1973, l'armée prend le pouvoir et le président Allende trouve la mort lors de l'assaut de l'armée contre le palais présidentiel.

C'est le général Augusto Pinochet Ugarte qui prend la tête de la junte et adopte, en juillet 1974, le titre de « Chef suprême de la Nation ». Immédiatement, il suspend la Constitution, dissout le Parlement, impose la censure absolue et interdit tous les partis politiques. D'autre part, il lance le pays dans une campagne de terreur contre la gauche et de répression sanglante. Des milliers de personnes ont été arrêtées. Beaucoup ont été exécutés, torturés ou contraints à l'exil, tandis que d'autres ont été longtemps emprisonnés ou ont "disparu".

Le 5 octobre de la même année, Pinochet organise un plébiscite en vue de réorienter son mandat, après mars 1989, jusqu'en 1997. Alors que le « non » l'emporte avec environ 55 % des voix, Pinochet annonce qu'il prolongera son mandat jusqu'à Mars 1990. Cependant, en décembre 1989, le Chili organise la première élection présidentielle après 19 ans. L'élection a donné la majorité au candidat chrétien-démocrate Patricio Aylwin, qui regroupe notamment socialistes et démocrates chrétiens.

Alors que Pinochet reste à la tête des Forces armées, le président Aylwin nomme, en avril 1990, une "commission d'enquête vérité et réconciliation" sur les violations des droits de l'homme sous le régime précédent. Ses réformes économiques tendaient à maintenir un taux de croissance élevé et à établir l'intégration sociale. Le pays s'est ouvert sur l'extérieur, multipliant les exportations, notamment vers les États-Unis, grâce à un accord bilatéral de commerce et d'investissement. Les élections municipales de juin 1992 confortent la victoire des chrétiens-démocrates.

Lors de l'élection présidentielle de 1993, le candidat chrétien-démocrate de la Coalition nationale pour la démocratie, Eduardo Frei Ruiz-Tagle, fils de l'ancien président Eduardo Frei Montalva, bat Arturo Alessandri, candidat de centre droit.
Le gouvernement chilien a dû faire face à un développement de la pauvreté dans certaines classes de la population, et à une augmentation de la violence et de l'insécurité dans les villes. Le 25 juin 1996, le pays est devenu membre associé du Mercosur.

La coalition au pouvoir (chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates) recueille la majorité des suffrages exprimés aux élections municipales d'octobre 1996. Elle remporte également les élections législatives du 11 décembre 1997.
Le 10 mars 1998, le général Pinochet quitte le commandement des armées pour entrer dans un climat hostile au Sénat et y occuper un siège à vie.

Une grave crise interne est provoquée par l'arrestation du général Pinochet par la police britannique le 16 octobre 1998. Le juge espagnol Baltasar Garzón demande l'extradition vers l'Espagne de l'ancien chef de la junte militaire, afin de le juger pour les crimes de "génocide", "torture" et "disparitions" commis pendant la dictature. Les révélations ont été faites concernant le plan "Cóndor", qui a coordonné, pendant les dictatures, l'action répressive contre les opposants en Argentine, en Bolivie, au Chili, au Paraguay et en Uruguay. Dix-sept mois plus tard, le ministre de l'Intérieur britannique Jack Straw a rejeté la demande d'extradition du général Pinochet vers l'Espagne ; Ce dernier a ainsi pu regagner son pays, où la cour d'appel de Santiago du Chili a voté, le 23 mai 2000, la levée de son immunité parlementaire.

Le 16 janvier 2000, Ricardo Lagos, candidat de la Concertación Democratica, coalition de centre-gauche au pouvoir depuis dix ans, est élu président du Chili avec 51,3 % des voix. Il s'est engagé à faire des droits de l'homme une priorité de son gouvernement et s'est prononcé en faveur du procès d'Augusto Pinochet à son retour au Chili. Il a aussi contribué à l'insertion du pays dans le commerce international, à travers des accords de libre-échange avec l'Union européenne, les États-Unis et les principales puissances économiques d'Asie.

En 2006, Michelle Bachelet a été élue présidente, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste dans l'histoire du pays.

En 2010, Sebastián Piñera a pris ses fonctions au milieu des séquelles du tremblement de terre de 2010. Sa première action a donc été de mettre en œuvre un plan de reconstruction des zones touchées.

En 2014, Michelle Bachelet a assumé un second mandat présidentiel. Son gouvernement s'est caractérisé par la promotion d'une série de réformes, parmi lesquelles une révision du système fiscal et le début d'un processus progressif de gratuité dans le système éducatif chilien à défaut de la qualité.